Filmographie

FICTIONS (courts métrages)

Apparences – 38 ‘ – couleur HD 1080P – 2014

Boca de Sangre – 25 ‘ – couleur 4K – 2013

Pola – 15′ – couleur Canon 5D & C300 – 2012

Spirit – 8′ – Panavision Genesis – 2011

Saudade – 4’11 – coul. HD  – sélection officielle du festival Côté Court de Pantin, 2012

Fatale  – 4′ – 35 mm – 2009

FILMS PHOTOGRAPHIQUES  & ESSAIS

la Danseuse

Portrait d’ Erminia

DOCUMENTAIRES

L’IMAGE D’APRÈS – 26′ – HDV – 2014

INACTINIQUE (ateliers Varan) – 4’50 – HDV – 2014

MATIGNON (ateliers Varan Caraïbes) – 6′ – 2014
Film issu de l’atelier d’essais radiophoniques et cinématographiques de Daniel Dehays

UKRAINE – (projet)

Mode à Constantine (backstages mode) – film de 20’ pour le Centre Culturel Français à Constantine (CCF) – DSLR NIKON D3S – 2010

MUSIQUE

Chinese Robots

PUB/WEB

NIKON (film web Nikon) – 

Je suis comme je suis, d’après Prévert –  avec Emma de Caunes – promo Paul Ka, MK2 et Samsung – DV – 2008

Voir aussi page UNIFRANCE et Un essai d’autobiographie.
Autres films comme directeur de la photographie.

Un essai d’autobiographie

Mathias Walter (un essai de) biographie…

Je débute dans la vie d’adulte, avec quelques regrets de quitter l’enfance, par des études de littérature américaine à l’UFR d’Anglais Charles V , PARIS 7. Le choix d’une option intitulée Critique de cinéma moderne, me permet de faire la connaissance et suivre les enseignements du critique et cinéaste Jean Douchet ainsi que celles du directeur de la photographie Henry Alekan.

Passionné par la photographie, je décide d’approfondir mes techniques et compétences lors de mon service militaire à l’ECPA, l’établissement cinématographique et photographique des armées.

De 1999 à 2010, c’est principalement par le biais de la photographie de mode, que je réalise mes idées en mélangeant des techniques empruntées au cinéma et à la photographie documentaire. Je travaille pour la presse, notamment pour les magazines Madame Figaro et Elle.

Fasciné par les auteurs américains comme Paul Auster ou Philip Roth, je travaille sur des formes de narration inspirées de La Jetée de Chris Marker.

Mes thèmes de recherche tournent  autour de la beauté et de la féminité, mais je considère cette première avant tout comme une recherche d’identité, une certaine perte de l’innocence ou encore ayant un rapport un peu étrange avec la vie sociale, car elle instaure souvent de la distance et des relations peu naturelles avec autrui.

Le regard, l’envie, le désir, la soif de posséder la beauté, de se l’attribuer et de la voir si vite glisser avec le temps font partie de mes thèmes favoris. Rapports indirects avec la peur de la mort dans leurs recherches ultras modernes de l’éternelle jeunesse, faisant de la beauté une malédiction, mes protagonistes errent entre imaginaire, fantasme et réalité. Entre cinéma du réel et fiction photographique, je recherche une forme de narration artistique multiple, à l’image du temps et des techniques que j’aime, allant de la photographie chimique en noir et blanc au cinéma numérique, en passant même par la prise de sons asynchrones pour illustrer une histoire.

C’est ainsi qu’en 2008, je m’essaye au reportage en réalisant la première partie d’un documentaire photographique intitulé Le rêve de Cendrillon. À São Paulo, au Brésil, j’accompagne un chasseur de têtes de mannequins, un «scout».

Grâce à ces photographies, j’ entre comme contributeur à l’agence Rapho.

Sur le même sujet, je réalise le documentaire Ukraine : les espoirs d’une jeune mannequin à travers l’Europe.

En 2010 je suis engagé par le Centre culturel français de Constantine pour réaliser un documentaire qui raconte les relations entre la France et l’Algérie à travers l’univers de la mode féminine.

Entre 2009 et 2014 je réalise de nombreux courts métrages de fiction, en 35 mm ainsi qu’en numérique.

Je m’essaye au court métrage de fiction avec un premier film tourné en 35 mm, intitulé Fatale, qui traite de la petite mort qu’un homme ressent face à un désir coupable et à un choix impossible.

Le second, Saudade, un court métrage de 4 min en Anglais et en portugais brésilien, traite de la mélancolie, de l’amour et de l’éloignement dans l’espace ou dans le temps des êtres aimés. Ce dernier a été sélectionné au festival de courts métrages de Pantin dans la section expérimentale.

Viendra ensuite Spirit, sur la notion de la transmission artistique et Pola en 2012, qui parle du double et de la photographie en tant qu’image latente.

Boca de Sangre, interroge sur l’identité et la séduction « animale » et s’inspire librement de la Féline de Tourneur. Le dernier projet, Apparences, est un film noir basé sur les faux-semblants.

En tant que directeur de la photographie j’ai eu le plaisir de travailler avec des jeunes réalisateurs français comme Nathan Cahen, Virginie Bordes, Slony Sow et Amandine Maugy, et des grands acteurs comme Gérard Depardieu.

En 2014, je me forme au cinéma du réel aux Ateliers Varan de Paris, et de Pointe-à-Pitre :

« Pratique de la réalisation documentaire et montage documentaire » avec Yves de Peretti, Alice Diop, Anne Baudry et Sylvie Gadmer et « Atelier d’essais radio-cinématographiques » avec Daniel Deshays et Michel Creis de Radio France et Sylvaine Dampierre.

Dans ce cadre je réalise deux documentaires : L’image d’Après une histoire de résistance sur le déclin de la pellicule à travers les yeux d’un jeune projectionniste et Matignon une suggestion visuelle et sonore sur une ancienne minorité d’origine européenne venue se fixer dans les campagnes du Guadeloupe après l’abolition de l’esclavage.

Je suis actuellement en écriture de mon premier projet transmedia intitulé Projection.

Voir aussi : filmographie